Jeudi le 19 janvier 2006
Les Zalarmes - L'éternité est de notre côté


Sept merveilleuses jeunes femmes, allumées par leur passion commune pour la musique

Le Théâtre de la Ville, situé au CEGEP Edouard Montpetit de Longueuil, inaugurait ce soir un nouveau concept de soirées musicales dans le foyer de la salle de spectacle Jean-Louis Millette. Nommé le P'tit bar de Jean-Louis en l'honneur du renommé comédien, l'endroit va accueillir différents artistes de la relève dans le cadre d'une série de soirées chansons qui, cette année, comprend les Zalarmes, Jérôme Minière (les 17 et 18 février) et Marco Calliari (les 30 et 31 mars).

L'initiative de Johanne Aubry est fort louable, sachant à quel point les artistes en émergence ont besoin de coups de pouce de la part des organisateurs d'événements. Ceci dit, le choix de Johanne pour démarrer cette première saison tombait sous le sens. Les Zalarmes sont ce groupe de jeunes femmes issues du projet Faites de la musique dans le quartier Hochelaga Maisonneuve et qui ont maintenant plus de 160 spectacles derrière elles, ainsi qu'un magnifique album intitulé justement L'éternité est de notre côté. En plus de leurs tournées à travers le Québec, on les retrouvera bientôt en France où elles n'auront sûrement aucun problème à séduire les cousins.

Bien que j'aie eu l'occasion d'entendre les Zalarmes plusieurs fois lors d'événements spéciaux tels Le coup de coeur francophone, le lancement de leur disque, la soirée des 30 ans du Conseil du statut de la femme, etc, c'était la première fois que je pouvais assister à leur spectacle au complet. Ce qui frappe aux yeux c'est la belle complicité qui est présente entre les sept jeunes femmes qui forment et déforment différents tableaux pour illustrer leurs sujets de chansons. Elles frappent fort aussi au niveau des oreilles avec leurs voix cristallines qui se joignent en harmonie et se complètent admirablement.

Leur matériel est à la fois poétique et engagé, elles peuvent parler de l'esclavage et la pauvreté des enfants dans les pays en voie de développement, de la violence gratuite présente dans les pays industrialisés, du fait que l'homme massacre sa planète et qu'il le sait, tout en enrobant les sujets difficiles de mélodies positives ancrées dans les musiques du monde. Il faut bien espérer la lumière au bout du tunnel !

Quelques airs empruntés à leurs aînés comme Witchi tout, Mourir pour des idées, Les copains d'abord, plusieurs chansons de leur cru (ou tirées du répertoire mondial) comme Ite Jojo, Passera, Morts les enfants, Nomade, Le vent et beaucoup d'autres, toutes des chansons qui reflètent les bons et les mauvais côtés de l'homme en relation avec son monde.

Merci aux musiciens Nathaly Pasieczny (clavier et direction musicale), Patrick Dostie (guitare) et Claude Kauffmann (cuivres). Merci surtout à Chloé, Flavie, Frédérique, Odile, Alexandra, Sara et Émilie, VOUS êtes "l'avenir de l'humanité !"
Plusieurs tableaux intéressants dans une mise en scène signée Yanick Auer
Nathaly Pasieczny
(clavier et direction musicale)
Patrick Dostie (guitare) Claude Kauffmann (cuivres)

Une belle photo de groupe pour terminer ! Merci les filles.

Lancement de disque
Les Zalarmes - L'éternité est de notre côté


Elles sont huit jeunes femmes dont les âges varient entre 14 à 20 ans (127 ans au total, pour une moyenne de 16 ans environ) et qui ont comme point commun leur amour de la musique, mais aussi leur attirance pour les différentes cultures de notre planète et leurs aspirations pour un monde juste et équitable.

Pas étonnant donc que leur choix de chansons soit particulièrement mature pour leur jeune âge. Les problèmes reliés à l'enfance, aux origines culturelles, aux minorités (visibles ou invisibles) sont autant de sujets sur lesquels les Zalarmes n'hésitent pas à donner leur opinion.

C'est au sein du mouvement Faites de la musique que les Zalarmes ont originalement été créées, au départ dans le but de s'amuser à chanter ensemble et à faire de petits spectacles pour les amis du groupe. Au fil des années, plusieurs jeunes femmes ont participé au projet et le groupe des 8 d'aujourd'hui a voulu rendre hommage à leurs aînées en les invitant sur scène avec elles pour la pièce finale de leur prestation qui, en fait, était presqu'un spectacle complet.

L'album comprend 17 chansons et à été réalisé avec l'aide de Nathaly Pasieczny (direction musicale, arrangements et piano), Claude Kauffmann (clarinette et saxophone ténor), Simon Estérez (basse), Gueorgui Harizanov (guitares), Charles Beauregard (batterie) et Danielle Richard (coach vocale et complice musicale).

Vous serez surpris et touchés par l'émotion qui se dégage des textes (du moins ceux en français), la candeur et la sincérité de la démarche ainsi que par les voix de toutes ces talentueuses jeunes femmes. Entre autres, j'ai reconnu des textes en italien, espagnol, bulgare, amérindien et français. Une chanson de Renaud, Le vent de Brassens, un texte de Clémence Desrochers, Le trip du bébé, ainsi qu’une berceuse irrévérencieuse de Mozart.

C'était la quatrième fois que je voyais les Zalarmes sur scène ce soir, et à chaque fois, je suis impressionné par la qualité de la prestation et le professionnalisme des membres du groupe. La relève est entre bonnes mains, pas juste du côté musical mais aussi au niveau de la prise de conscience sociale !

Michel Parent