Mario Peluso


Jeudi le 1er février 2007
Spectacle - Minuit -5 à la Place des Arts


Il y a moins d'un an, il lançait un cinquième album en carrière, intitulé Minuit -5, qui lui avait valu des critiques fort positives. C'était maintenant le moment de présenter le matériel de l'album sur scène, et quel meilleur endroit que la petite salle de la Place des Arts, là où il avait remporté la palme de la chanson primée il y a maintenant 10 ans en 1997.

Bien appuyé par le guitariste Pierre Lavoie qui joue aussi du dobro et y va de quelques choeurs, Mario enfile sa propre guitare, armé aussi de son harmonica, et offre un spectacle en deux parties bien distinctes. Dans un premier temps, il revisite des pièces qui ont marqué ses quatre premiers albums, incluant une chanson qu'il n'a pas endisqué lui-même, soit J'ai mal à l'amour, popularisée par Isabelle Boulay. Il a aussi la chanson primée du concours de 1997, soit Je t'appelle (texte de Sophie Boissonneault) dont il avait écrit la musique.

En deuxième partie, c'est le plus récent album qui prend le haut du pavé avec ses chansons intimistes et toujours autant empreintes de sensibilité envers les gens et les choses. L'artiste originaire du Témiscamingue, issu de grands parents italiens et amérindiens, trouve dans le country folk un véhicule parfait pour enrober ses parcelles de vie teintées de grand air et de liberté.

La mise en scène a été confiée à Mouffe qui n'en est pas à ses premières armes et elle a imaginé un décor de chandelles crée une ambiance de boite à chanson ou d'un vieux chalet à la campagne. Un bon spectacle, intimiste et sympathique, avec de fort bonnes guitares et des textes bien imagés en musique. On en prendrait n'importe quand
!
Mario à la guitare et à l'harmonica Pierre Lavoie (guitare et dobro)

Mardi le 9 mai 2006
Lancement d'album
Mario Peluso - Minuit -5



Il a écrit pour Isabelle Boulay et Laurence Jalbert, il en est à son cinquième album solo après une incursion du côté anglophone avec son quatrième disque intitulé One beautiful day. Son dernier CD dans la langue de Mollière remonte à 2002 alors qu'il avait lancé Le Café des écorchés.

Le chanteur originaire du Témiscamingue a cette fois fait appel à François Vigneault, fils de Gilles, pour l'écriture de tous les textes de l'album. Il a aussi obtenu l'aide de Francis Grandmont (guitares), Pierre Lavoie (lapsteel, dobro), Olivier Laroche (contrebasse), Jacob Auclair-Fortier (violoncelle) et Sylvain Grenier (percussions).

L'album a été réalisé par Mario avec l'aide de Borza Gomeshi qu'on avait connu avec le projet Redub et comme collaborateur de Sarah McLachlan. On retrouve une chanson en duo avec Catherine Durand (La neige nue) ainsi que les magnifiques voix de Sarah Dugas et Annick Breault, toutes deux de l'ensemble vocal Madrigaïa. Il reprend aussi la chanson Je m'ennuie de chez vous qui avait été popularisée par Laurence Jalbert. Un excellent album tout en contre-jour, où le spleen côtoie l'amour et la fragilité.

Mario accompagné de Catherine Durand et François Vigneault

Le 7 mars 2003
Au café théâtre de la PDA
De retour pour trois soirs sur cette scène qui l'a vu gagner le Prix Hydro-Québec de la chanson primée en 1998 lors du concours "Ma Première Place des Arts", Mario nous a offert son âme en chansons ce soir. Autant dire que chaque chanson reflète un de ses états d'âme à un moment ou un autre. Rarement aie-je entendu un auteur compositeur se livrer avec autant de candeur et de profondeur.

Bien que peu connu du grand public, c'est lui qui a écrit les chansons "La Lune" et "J'ai Mal à L'Amour" pour Isabelle Boulay. Son sac de chansons regorge d'autres trésors comme "Le café des écorchés", "La Saint-Denis", "CIP", "Avant", "Qui est important", et plusieurs autres.


Mario parle beaucoup de ses chansons, présente chacune d'elle dans son contexte, ce qui nous permet de mieux en saisir l'inspiration. Il jouit d'une belle complicité avec ses musiciens, Andréanne Alain (voix, clavier), Christian Péloquin (guitare, basse, voix) et Eric Gosselin (batterie).

J'ai découvert que la pianiste Andréanne Alain fait aussi carrière sous le nom de Veruschka. Elle a elle-même remporté le prix de la chanson de l'année avec "Emmène-moi" au concours "Ma Première Place des Arts" 2001.

Impossible de ne pas faire le lien entre Mario et Neil Young, l'une de ses influences principales. L'harmonica est très présent dans leur musique à tous les deux, un mélange de folk-rock aux accents country, enveloppant des textes plutôt tristes et mélancoliques.

Pour reprendre une citation de Victor Hugo que Mario a glissée dans le programme de la soirée, "La mélancolie, c'est le bonheur d'être triste...".

Ce soir, Mario a fait notre bonheur à travers l'essence même de sa poésie !

Pour en savoir plus sur Mario Peluso...