Bernard Noiret


Le samedi 5 février 2011
Lancement au P'tit Bar
Bernard Noiret
Un premier album fort poétique pour Bernard Noiret

Bernard NoiretIl y avait beaucoup de monde au P'tit Bar en cette fin de journée de février, des amateurs de chanson à texte qui étaient venus saluer le lancement de l'album Mes infidélités à ma coiffeuse russe de notre ami Bernard Noiret. L'auteur, compositeur et interprète d'origines belges porte une grande attention aux mots, les siens et ceux des autres.

Il a mis plus de 2 ans de travail à peaufiner les textes et les musiques de ce qui allait devenir son premier album en carrière. C'est donc dans un endroit de prédilection pour entendre la chanson à texte à Montréal, qu'il nous a offert environ la moitié de l'album en prestation avec son complice musical Claude Prieur.

L'album lui-même compte 13 chansons originales, paroles et musiques de Bernard, dont les fort jolies 21 grammes de rêve, Je cherche l'étoile, Le rire d'un ange, Tu es le vent et plusieurs autres.. On y retrouve Bernard aux guitares et percussions, Claude Prieur aux guitares, accordéon, claviers et voix, Sophie Drouin au piano, ainsi que les voix de plusieurs choristes, notamment Flavie, Geneviève Binette, Kathia Rock, Angélique Duruisseau et Sylvie Royer. Bernard nous y a concocté des moments de vie, inspiré par le piano mélancolique de Sophie Drouin. Quand on écoute Bernard parler de ses filles, de ses amours, de la vie en général, on ouvre simplement ses oreilles et on se laisse emporter par une poésie qui frappe directement au coeur !
Bernard Noiret
Bernard Noiret
Claude PrieurBernard Noiret
Sylvie Royer et Bernard Noiret
Bernard Noiret

Le samedi 8 sept 2007
Spectacle au Bistro Double Dose
Bernard Noiret
Un coup de chapeau aux auteurs européens et québécois

Sophie Drouin
Sophie Drouin
L'auteur compositeur Bernard Noiret faisait à nouveau un arrêt au Bistro Double Dose ce soir, avec un spectacle fort en textes, rendant hommage à plusieurs auteurs d'origine belge (comme lui), français et même québécois. Entre autres, il a présenté certaines de ses propres pièces, comme la chanson La belle est partie, dédiée à son amie Micheline Goulet, décédée il y a quelques temps.

Lui-même à la guitare pour quelques chansons, Bernard était accompagné de Sophie Drouin au piano et aussi occasionnellement au violon. C'est justement Sophie qui a chanté en première partie de Bernard, assise seule au piano, interprétant des textes d'auteurs comme Brel, Trenet et Monique Paquin. Et oui, nous avons eu droit à une première mondiale, alors que Sophie cassait une chanson écrite spécialement pour elle par Monique Paquin (texte) et Landriault (musique). La pièce fort poétique traite de la légende de La fille aux fleurs.

Bien que nerveuse puisque l'interprétation est une nouvelle corde à son arc, Sophie s'en est fort bien tirée. On sent que les chansons prennent vie en elle, elle les chante parce qu'elles la touchent, simplement. Pour Bernard, la chanson est une façon d'exulter non seulement les conflits intérieurs, mais aussi ceux de la société, tout en permettant de souligner avec bonheur les petits cadeaux de la vie, comme son attachement à la grande fille de son ex-conjointe atteinte du syndrome d'Angelman.

Je n'ai pu assister à toute la prestation de Bernard qui a poursuivi jusqu'aux petites heures du matin, mais son pacing indiquait qu'il terminerait par sa fort colorée reprise de la chanson Ces gens-là de Jacques Brel, un bonbon toujours apprécié..

Michel Parent