Dominica Merola


Le samedi 13 janvier 2007
Les signes du désir à la Place des Arts

Dominica Merola, la passion en vedette au Studio Théâtre

Dominica nous présentait à nouveau son spectacle Les signes du désir dans la chaleureuse petite salle de la Place des Arts. Accompagnée des musiciens Vincenzo Thoma (guitares), Nathalie Bonin (violon) et Mathieu Gagné (basse, contrebasse), elle nous offrait les pièces de son album lancé l'an dernier, de magnifiques chansons comme Les visages de l'amour, Les mots tressés, Aucune vie, Terra mia, Les signes de la main, Azzurro, Les gitans, Tant de navires, J'aurai ta peau, Si tu me quittes et Tous les pianos du monde. De plus, nous avons eu droit à quelques pièces italiennes, telles Torna Piccina mia, Grande grande grande, Il cielo in una stanza, et quelques autres fort intéressantes comme la version française de la Ballade de Sacco et Vanzetti et Aranjuez.

Entre l'italien et le français, Dominica donne vie à des textes de Pierre Huet, Roger Tabra, Pierre Cour, Jean-Guy Prince et Frédérick Barron, les enrobant de ses musiques puisées à la passion de son coeur. Sa voix chaleureuse devient prétexte à la rêverie et à l'enchantement. Le public a fortement apprécié ce soir, une salle pleine et plusieurs ovations debout ont salué la belle italienne et ses musiciens.
Nathalie Bonin Mathieu Gagné Vincenzo Thoma
Accompagnée des jeunes choristes Béatrice Gougeon et Elisabeth Forget-Lefrançois
pour la pièce Les mots tressés

Le jeudi 6 avril 2006
Dominica Mérola - Les signes du désir
Au Studio Théâtre de la Place des Arts


Il y a deux mois à peine, l'auteure, compositrice et interprète Dominica Mérola lançait un premier album tout en couleurs intitulé Les signes du désir. En fait, plusieurs adjectifs en "eur" peuvent être accolés à ce CD, qu'on pense donc à couleur bien sûr, mais aussi à chaleur, douceur, ferveur, bonheur, etc. Ce soir, elle nous présentait le spectacle qu'elle a concocté autour de cet album avec l'aide du metteur en scène Robert Marien.

Entourée des musiciens Pierre Côté (guitares), Mathieu Gagné (basse et contrebasse) et Zoé Dumais (violon), Dominica s'assied au piano, son instrument de prédilection, pour nous interpréter la majorité des chansons dont plusieurs sont évidemment tirées de son album. On retrouve donc: Les signes de la main, Les visages de l'amour, Les mots tressés, Tous les pianos du monde, Azzuro (Paolo Conte), Les gitans (Pierre Cour & Hubert Giraud), Terra Mia, Tant de navires, J'aurai ta peau, Aucune vie et Si tu me quittes. Parmi les auteurs qui ont offert ces textes à Dominica, on retrouve Roger Tabra, Pierre Huet, Vicenzo Thoma, Jean-Guy Prince et Frédérick Baron, des textes qu'elle a mis en musique et qu'elle chante magnifiquement bien.

Puisque ses origines italiennes ne se démentent pas, elle nous a fait plaisir (sûrement un peu à elle aussi) en interprétant quelques chansons dans cette langue, dont Torna Piccina mia, Azzuro, Terra mia et la majestueuse Il sogno di volare (Dragone / Dupéré). Sa voix chaude et suave, son amour de la chanson et de la musique, ses états d'âme qu'elle communique par des textes qui lui collent à la peau, tout chez Dominica contribue au plaisir du public qui n'a pas hésité à lui offrir une ovation debout.

A noter, le joli moment où trois jeunes filles sont venues l'accompagner pour la chanson Les mots tressés qui fût reprise avec l'aide de la foule à la toute fin du spectacle, on en voudrait encore !
Son ami et complice Roger Tabra est venu la saluer

Toute le groupe est réuni pour la magnifique chanson Les mots tressés (texte Pierre Huet)


Michel Parent