Le 16 février 2004
Gaétan Leclerc au Petit Cabaret
En première partie: Charlaine

Avant de monter sur scène pour son spectacle hommage à Félix Leclerc, Gaétan nous offre de découvrir la talentueuse Charlaine qui ouvre donc ce dimanche-poésie avec quelques unes de ses compositions. C'est avec des poèmes de son cru qu'elle présente ses chansons fortement influencées par les rythmes sud-américains dont le style bossa nova qu'elle affectionne particulièrement.

En fait, plusieurs des chansons que chante habituellement Charlaine le sont en portugais, langue des brésiliens qui ont inventé ce style musical. Ce soir par contre, que des chansons en français. Je dirais que sa voix me fait penser à celle de Bïa quand elle chante du bossa nova dans la langue de Mollière, et à celle de Véronique Sanson quand elle s'en éloigne. Parmi les chansons qui nous ont permis d'apprécier son beau talent ce soir, j'ai noté L'amérindienne et Le temps qu'il te reste. Une belle surprise !
Depuis six ans maintenant, Gaétan a pris la route pour faire revivre les chansons de son oncle, le grand Félix Leclerc. De bien grands souliers à chausser (ce qu'il fait très bien) pour celui qui a connu Félix comme peu de gens l'ont connu, de l'intérieur de la famille. Cela lui permet de nous raconter plein d'anecdotes sur celui qui fait figure de légende au sein de la musique québécoise.

Après avoir été l'un des premiers à chanter à l'Espace Félix Leclerc de L'île D'Orléans lors de son ouverture en 2002, Gaétan se produit sur scène de 60 à 70 fois par année, accompagné de sa fille Geneviève au piano et aux voix ainsi que de Caroline Vallières au violoncelle. Ce soir, seule Caroline était sur place puisque Geneviève était retenue à Québec.

Fin conteur et excellent chanteur, il présente chaque chanson avec un souvenir ou une petite histoire sur l'oncle Félix, les spectateurs n'en perdent pas un mot et je le surprendrai même à partager ses souvenirs avec quelques uns d'entre eux après le spectacle. Doué d'une voix grave qui ressemble à celle de Félix de façon surprenante, il nous a fait plusieurs classiques comme Moi mes souliers, Tirelou, Contumace, Bozo, Le petit bonheur, Attends-moi ti gars, Sors-moi donc Albert, mais aussi des moins connues comme Les soirs d'hiver, Les dimanches, Ce matin-là, et Le tour de l'île.

Parmi les chansons qui ne sont pas de Félix, il a fait Quand les hommes vivront d'amour de Raymond Lévesque, chanson que Félix avait chantée avec Robert Charlebois et Gilles Vigneault lors du spectacle Le loup, le renard, le lion en 1974. Nous avons aussi eu droit aux très belles chansons Évangéline de Michel Conte et L'écharpe de Maurice Fanon.

Une soirée pleine de chaleur, de poésie et de belles chansons avec un homme qui a connu Félix et qui nous en parle avec amour et respect, respect de l'homme et de son oeuvre. Merci de nous permettre de découvrir et re-découvrir ce québécois plus grand que nature.

Gaétan sera de retour tous les dimanches soir jusqu'au 7 mars 2004. Ne le manquez pas !



Michel Parent