Exx-Traddition


Le samedi 29 novembre 2008
Spectacle au Petit Campus
Exx-traddition
Une célébration mémorable pour 4 années d'existence
Carl Martin
Carl Martin: le caporal au suit vert
Pour fêter les quatre années d'existence du groupe, le quatuor a investi le célèbre Café Campus de Montréal et convié ses fans à une partie de plaisir comme ils savent si bien le faire. La soirée débute par un historique de la formation qui, au début, comprenait simplement Carl Martin et Pierre Noël et qui, avec le temps (et aussi par besoin de poursuivre l'évolution de leur style musical), ont déniché le guitariste Simon Lemay et la multi-instrumentiste Véronique Blais. Le tout est enrobé dans une mise en scène humoristique, ce qui ajoute au charme du groupe, on s'en rendra compte tout au long de la soirée.

Comptant un seul album à leur actif, ils n'ont pas le choix de puiser dans le répertoire de leurs prédécesseurs, notamment une toune de Raymond Lévesque (Séparatiste), une autre de Louise Attaque (Ton invitation) qu'ils ont juré de ne jamais plus reprendre... doit-on les croire ? Toujours dans le domaine des reprises, outre des airs traditionnels comme Au chant de l'alouette, notons un medley débridé en l'honneur d'Oscar Thiffault, un emprunt à François Pérusse (Snack-bar chez Raymond) et une toune fétiche de la Bottine Souriante en guise de rappel, Démon sort de l'enfer.

Ce qui impressionne avec Exx-Traddition, c'est la capacité qu'ils ont d'adapter ces autres chansons à leur style à la fois festif et engagé. Parmi leurs propres compositions, extraites de l'Album carreauté qu'ils ont lancé plus tôt cette année, on a pu entendre les Made in Lachine, Miss Météo, Gerry contre la voirie, Suit vert, Cyber-dépendance, la magnifique Port d'attache, La cour des miracles et évidemment celle qui donne le ton en ouvrant leur album, Rimouski. La version LIVE des pièces est naturellement encore plus festive que celle de l'album, les gens embarquent sans se faire prier et c'est très difficile (voire impossible) de ne pas bouger au rythme de leur musique.

Comme je le disais plus tôt, même si le style est festif, les textes font preuve d'une préoccupation sociale et d'une critique de la société actuelle qui est plutôt rafraîchissante, nous rappelant la belle époque des années 70 avec les Paul Piché et Plume Latraverse, qui savaient à la fois faire bouger le monde et leur passer un message. J'ai vu le groupe deux fois dans la même semaine, la première en version acoustique et la deuxième (ce soir) en version plus rock, appuyée par la batterie d'Alexis Rioux, chacune avait son intérêt mais j'ai sans doute préféré la deuxième, le groupe est plus à l'aise dans leur style débridé, profitant aussi d'un endroit où les gens peuvent se laisser aller et danser tout leur saoul.

Le groupe mise beaucoup sur les harmonies vocales, mélangeant les voix de Carl (le rockeur), Véronique (la soprano) et finalement Simon qui sonne plus folk, permettant ainsi d'aller du rock le plus gras aux ballades très accrocheuses. Les instruments comme le pipo, la flûte, la mandoline et le glockenspiel donnent beaucoup de couleur aux arrangements des chansons, ce qui m'a accroché dès la première écoute. Je le suis encore !


Pour terminer les festivités, les fans du groupe s'étaient cotisés pour leur offrir une bouteille de champagne en souvenir de ces 4 années bien remplies. C'est leur gérante Chantal Poulin qui leur en a fait la surprise en fin de soirée. Un coup de chapeau bien mérité.
Simon Lemay Pierre Noël
Simon Lemay Pierre Noël
Véronique Blais Chantal Poulin
Véronique Blais Chantal Poulin
Exx-traddition
Le déhanchement était de mise

Michel Parent