LES COWBOYS FRINGANTS
L'Assomption, le 23 février 2003
Avant le spectacle, les Cowboys ont reçu un
disque d'or de 75 carats pour 75,000 copies
vendues de "Break Syndical".

Quelle belle soirée ! D'abord je rejoins d'anciens confrères du Collège pour le souper avant de prendre ensemble la direction de la très belle salle Hector Charland. Ja savais déjà que le fils de ma camarade Geneviève était le bassiste du groupe (Jérome Dupras) mais en plus j'apprends que les cinq membres du groupe ont été étudiants au Collège eux aussi. Marie-Annick Lépine est même la fille de mon ancien prof de maths, M. Serge Lépine.

C'est donc dans cette ambiance "familiale" que le spectacle prend son envol. D'abord la salle est pleine à craquer, la majorité des jeunes doivent avoir entre 15 et 20 ans. Quelques-uns y ont tirés leurs parents pour qui c'est un retour de quelques lunes en arrière, à cette époque où nous voulions refaire le monde, envoyer promener l'establishment et réclamer la paix dans le monde.

C'est justement là le message des cowboys... de "En Berne" aux "Gars d'la Compagnie", en passant par "La Manifestation", ils réclament haut et fort que le Québec se réveille sans pour autant tomber dans l'excès. Leur musique est un mélange de folklore et de rock et met en vedette le savoureux violon de Marie-Annick qui est en fait une multi-instrumentiste très douée. En plus de son violon, elle joue de l'accordéon, de la mandoline, de la flûte et du piano.

Le chanteur Carl Tremblay de son côté fait preuve d'une belle présence, il sait amener la foule là où il le veut, elle chante avec lui et lui donne l'énergie de lancer ses messages en mettant son poing sur la table. Marie-Annick chante "Quand je r'garde" et nous éblouit dans un long jam au violon avec l'aide de Jérôme à la basse, J.F. à la guitare et Dominique à la batterie.

Après deux bonnes heures à faire sauter la baraque, ils tirent leur révérence un par un abandonnant son instrument pour ne laisser à la fin que le guitariste. Une façon originale de partir en douceur. Naturellement la foule en a redemandé et nos compères sont réapparus pour nous faire une autre demi-douzaine de chansons dont leur grand succès "Toune D'Automne".


En bref, un gros party à la fin du quel on a un peu envie de revenir en arrière pour peut-être cette fois réussir à changer le monde. Je tire un grand coup de chapeau de .... cowboy au quintette de Repentigny !