Reportage - Jeudi le 24 mars 2005
Baptiste à la Maison de la Culture Mercier


Sympathique et engagé: Baptiste s'éclate !
Le lauréat ACI de Ma première Place des Arts (2002) et lauréat compositeur du Festival de Petite-Vallée (2003), Baptiste présentait ce soir son spectacle dans cette jolie Maison de la Culture de l'est de Montréal.

Coups de coeur et coups de gueule, Baptiste mélange les deux avec sa bonhomie habituelle. Pour souligner la semaine de la poésie, il récite le texte de sa chanson Le marché avant de la faire en musique. Une bonne idée puisque le texte défile si vite en chanson qu'on n'a pas toujours le temps de saisir toute sa portée.

Alternant entre sa guitare et le magnifique piano à queue, Baptiste se déplace dans un petit décor d'appartement, avec lampes de table et jeu d'échec. Il nous interprète The Fall, Vivre avec Constance, Four Days, The Weight of the World, Cold Feat, Like Clockwork, Grand Mal (sur l'adultère), Hold On, Dieu donné, Lapalissade, Melinda, Constance, Over You, Crie plus fort, pour terminer avec Pédale, son plaidoyer contre l'homophobie et l'intolérance. En rappel, il a ajouté The Blower's Daughter, une très belle chanson de Damien Rice.

Alternant entre le français et l'anglais (sa langue maternelle), Baptiste démontre toute la fougue et la vulnérabilité de ses textes. Ses chansons sont empreintes d'une sensibilité peu commune et permettent à l'interprète de mettre ses tripes sur la table, particulièrement sur la pièce L'adultère qui est criante de vérité.

Ce soir, il était accompagné de Sébastien Pellerin à la contrebasse, de Catherine Martel au violoncelle, de Mathieu Perreault à la guitare et de Simon Blouin à la batterie. Félicitations à toute la bande puisque le support musical a très bien su mettre en valeur la beauté des chansons et des textes de Baptiste. Un nom à retenir et à suivre !

Au piano comme à la guitare, Baptiste sait émouvoir


Michel Parent