Reportage
Mardi le 17 mai 2005
Aut'Chose - Chansons d'épouvante


Jacques Racine et Lucien Francoeur

Quand Aut'Chose a fait son apparition au milieu des années 70, j'ai certainement été l'un des premiers à acheter l'album Prends une chance avec moé. J'ai pris une chance et j'ai gagné.. en fait, tous les amateurs de rock y ont gagné, finalement on pouvait entendre notre style musical préféré et en français en plus. Au fil des années, il en est passé des groupes de rock au Québec, allant du pop au hard, on a testé toutes les facettes du genre.

Voilà donc qu'au début des années 2000, le groupe se reforme le temps d'un premier album en 25 ans. Le son pop de l'album ne fait pas l'unanimité bien que j'ai fortement apprécié ce retour sur disque d'une formation mythique. Quatre ans après ce retour, le groupe tangue cette fois du côté hard et Lucien Francoeur a recruté un groupe de musiciens parmi ce qui se fait de plus rock au Québec, Jacques Racine (guitare), Denis D'Amour (guitare), Vincent Peake (basse et percussions), Joe Evil (claviers) et Michel Langevin (batterie et percussions). Deux membres de Voïvod, un de Groovy Aardvark et un autre de Grimskunk, Francoeur a choisi un dream team du rock québécois. A noter aussi la présence de Stéphane Papillon et Xavier Caféine sur la pièce Les pays d'en haut.

Ils reprennent une grande partie des tubes du groupe tels qu'on les a connus dans les années 70, les musiques et arrangements ayant été actualisés, les textes sont restés les mêmes et il est surprenant de constater que la poésie urbaine de Francoeur est toujours d'actualité. Selon le dossier de presse de l'album, on parle de rock pur, de métal progressif et d'acid texte pour créer un nouveau bréviaire du "stoner rock" québécois.

De Nancy Beaudoin à Bar-B-Q Lady, de Ch't'aime pis ch't'en veux à Beau bummage, de Comme à radio au Freak de Montréal, le son de l'album est direct, explosif, jouissif. Rien à envier à ce qui se fait aujourd'hui, tout était déjà là en 1975, il suffisait de l'actualiser pour défoncer à nouveau les clôtures comme à l'époque.

L'album fait suite à une prestation hautement relevée qui a eu lieu au Café Campus le 7 avril 2005. Toute la bande s'est ensuite retrouvée en studio pour enregistrer un album pratiquement live, fait en quelques prises seulement, tout était déjà réglé au quart de tour.
Xavier Caféine et Willie Lamothe (fils) Papillon (à droite)


Michel Parent